voie crue

Mon départ sur La voie du cru

Le premier article de ce blog est maintenant sous vos yeux. Évidemment, je fais appel à votre indulgence. Et si vous le voulez bien, commençons par le commencement : Mon départ sur La Voie du Cru.

La genèse d’une conviction

Le point de départ de cette belle aventure sur La voie du cru se situe aux alentours de la naissance de mon premier garçon. Il y a un peu moins de 10 ans donc. J’étais enceinte, attentive à ce qui se passait en moi, et je souhaitais prendre soin de mon corps au mieux.

Je suis tombée sur le sujet des « green smoothies » par hasard (je sais, le hasard n’existe pas). Wow ! Quelle bonne idée ! Augmenter sa consommation de verdures (légumes et feuilles vertes diverses) en broyant le tout avec des fruits pour obtenir un breuvage délicieusement sucré.

À l’époque, je crois avoir visionné toutes les vidéos de la famille Boutenko, pionnière dans le domaine de l’alimentation vivante. Voilà une habitude que je devais intégrer dans la vie de notre famille. Ce que je fis. J’ai d’ailleurs « tué » deux mélangeurs en l’espace de quelques mois. Les « blenders » n’aiment pas les feuilles de chou. Et cela, même si ce dernier est frisé.

Par la suite, la décision d’investir dans un équipement adéquat est devenue incontournable. De toute façon, tant qu’à « brûler » moteur après moteur, autant mettre ce montant dans une bonne machine qui supporterait l’usage que je voulais en faire. J’hésitais alors entre Blendtec© et Vitamix©. Ce sont en effet, deux excellentes marques de mélangeurs. D’ailleurs, à ce moment-là, j’avoue avoir écouté des dizaines et des dizaines de vidéos de l’un, de l’autre ou des deux pour en arriver à faire un choix éclairé. Et devinez qui fut le grand gagnant ? Vitamix ! Ce valeureux ! En fait, il est carrément devenu le « Précieux » de ma cuisine. LA machine dont je ne pourrais plus me passer.

Ensuite, j’ai goûté la puissance des jus verts. J’ai investi (oui, c’est bien le mot) dans un extracteur à jus avec vis pour une extraction lente des nutriments. Les fruits et les légumes sont ainsi pressés, contrairement à la centrifugeuse qui déchiquette et oxyde le produit final, ce qui diminue la valeur nutritive et de la durée de conservation du jus.

Par ailleurs, l‘extracteur à vis, qu’on dit aussi à mastication lente, est plus efficace que la centrifugeuse. Monétairement donc, l’achat d’un extracteur peut se justifier car le prix des fruits et légumes reste important, surtout s’ils sont biologiques. De cette manière, l’investissement supplémentaire pour l’extracteur s’annule rapidement par l’économie en matière première. Cela d’autant plus rapidement que vous faites beaucoup de jus. Et de toute façon, une diminution du gaspillage est toujours une bonne chose, ne serait-ce que pour l’environnement.

Et puis, la déshydratation s’est invitée dans notre vie au bout d’une année, je dirais. C’était un plus. J’étais bien heureuse de pouvoir faire des cuirs de fruits, des granola maison sans cuisson, des tomates déshydratées et autres fruits et légumes à l’automne, et diverses recettes qui aident « à faire semblant » que c’est cuit. Car, il ne faut pas se le cacher, il n’est pas si facile de se défaire d’habitudes alimentaires qui ont pour origine notre petite enfance. Mais voilà un vaste sujet en soi. Nous en reparlerons certainement.

Tout cela pour dire qu’en fait, au moment où j’ai découvert l’alimentation vivante, j’y ai rapidement adhéré. En théorie, en tout cas. Je lisais vraiment beaucoup sur le sujet. Je comprenais alors qu’une alimentation standard, même biologique, voire végétarienne ou végétalienne, pouvait ne pas convenir au corps humain dans la mesure où elle contenait beaucoup d’aliments transformés, du gluten et des additifs alimentaires de toutes sortes.

D’ailleurs, selon les normes occidentales, j’avais toujours plutôt bien mangé. Je n’avais pas de problèmes de poids et n’étais pas malade. Par contre, je sentais que je n’avais ni une santé, ni un état de bien-être optimal. Disons qu’il y avait place à amélioration.

En fait, dès que j’ai commencé à intégrer les smoothies verts dans mon alimentation et à remplacer de plus en plus de repas cuits par des crus, j’ai constaté des changements positifs en moi. Par exemple, ma peau devenait plus douce, mes problèmes d’eczéma se sont atténués, mes cheveux étaient plus beaux, mon odeur n’était plus la même, mes humeurs ont évoluées, mes pensées aussi. C’est un peu comme si tout s’éclaircissait, doucement, mais sûrement. Un grand pas vers le bien-être, en fait.

C’est donc avec une nouvelle et grande conviction que je me suis tournée vers l’alimentation vivante. À ce moment-là, j’étais convaincue que j’allais devenir crudivore. Ce n’était qu’une question de temps pour convaincre mes proches. C’était ce que je voulais pour moi, mais aussi et surtout pour toute ma famille. Il n’était plus question de donner autre chose à mes enfants, alors bien petits. Que des végétaux, des noix et autres ingrédients bio si possible, crus et totalement naturels.

Le poids des habitudes

Mais, c’était sans bien évaluer le poids des habitudes. Des miennes bien sûr, mais peut-être surtout celles de mon mari. Évidemment, la vie de couple aussi douce et agréable soit-elle, exige le compromis et le partage. Mais, le partage des convictions n’est pas spontané, ni exigible. Et comment convaincre par l’exemple dans un environnement rempli de tentations alimentaires de toutes sortes ? Pas si facile.

Aujourd’hui, j’en conclus qu’il faut encore renforcer mes connaissances sur le sujet pour les transmettre à ma douce moitié, mais surtout trouver et développer des recettes et autres trucs d’alimentation crues si irrésistibles qu’il n’aura d’autres choix que de craquer pour le cru.

En attendant, malgré ma conviction profonde au sujet du bien-fondé de l’alimentation vivante et de tout ce que j’ai pu apprendre en plus ou moins 8 ans de lectures et autres recherches sur le sujet, je ne suis pas exclusivement crudivore. Et voilà un sujet qui fera certainement partie des articles publiés très bientôt ici.

Mais, pourquoi ce blog ?

Vous vous demanderez peut-être pourquoi faire un blog sur le crudivorisme sans être de ses adeptes pratiquantes ? Et bien parce que malgré les difficultés que je rencontre à manger exclusivement vivant et végétal, je demeure convaincue que c’est la voie à suivre. Et parce que je chemine vers ce but ultime (ou presque 😉 ) en me gavant d’informations utiles que je peux partager et expérimenter chaque jour. Parce que le défi est de taille pour convaincre mon mari de délaisser le cuit et les aliments transformés pour nous permettre de ne plus avoir à résister constamment à ceux-ci à l’intérieur de la maison. Parce que je suis certaine que je ne suis pas la seule à rencontrer ces difficultés et que peut-être le partage pourra en aider d’autres.

Je me propose donc de faire cette démarche avec vous. Avancer vers une alimentation saine, en intégrant le plus d’aliments crus, vivants, végétaux et variés possible. Et surtout, en limitant au minimum la consommation d’aliments qui nuisent à la santé.

J’aimerais partager avec vous les connaissances que j’ai acquises et que je continuerai d’acquérir au fil du temps, que ce soit sur la physiologie du corps humain, la nutrition, la santé, etc. J’ai le désir d’intégrer dans ce blog les recettes que j’ai découvertes et concoctées. J’aimerais vous faire le compte rendu de livres qui m’ont inspirée, d’articles scientifiques qui m’ont intéressés. Le sujet est si vaste et passionnant !

Ce blog devient donc ma voix sur La Voie du Cru, ma vision sur ce mode alimentaire et tout sujet qui s’en approche. Il sera mon journal de bord dans cette aventure, un outil de motivation pour moi (et peut-être pour vous) et d’enrichissement mutuel surtout. En effet, qu’y a-t-il de plus efficace pour comprendre et intégrer des connaissances que de les transmettre et les expliquer à autrui ?

Enfin, bienvenue sur La Voie du Cru ! Au plaisir de vous croiser, que ce soit au détour d’un article dans les commentaires ou par le formulaire de contact.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  

3 commentaires sur “Mon départ sur La voie du cru

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *